Les accompagnements en projet d’écriture individuels que je propose s’inscrivent dans la dimension du « prendre soin de ». Prendre soin d’une histoire. Prendre soin d’un chemin. Prendre soin d’un texte. Prendre soin d’un auteur. Je propose de s’asseoir. Je ferme la porte d’un bureau. Le lieu est protecteur. Et l’on chemine. A deux. Je suis le guide de haute montagne. Je maîtrise le vertige. Je connais les dangers. Je dicte le rythme de la marche. Je montre. J’éveille. Je désigne d’un doigt les lieux remarquables du paysage. J’apprends à tendre l’oreille. Ensemble, nous prenons le temps de traquer la lumière. Et le texte s’éclaire. Un soleil se lève sur les mots. C’est le miracle des premiers rayons de l’aube. La nature s’éveille. Les oiseaux se mettent à chanter. C’est le miracle de la symphonie. Nous prenons le temps de soigner l’humanité des personnages de papier. Nous travaillons à pas d’hommes et de femmes. Oh, oui... Lentement. Nous cherchons la beauté.

 

Le monde tourne vite. Nous y invitons la poésie. Je termine la lecture de « Vers la Sobriété Heureuse » de Pierre Rabhi. Ce livre m’a beaucoup interpellé. L’accompagnement en projet d’écriture que je propose a pour fonction de -et je reprends quelques mots de Pierre Rabhi- « rompre avec l’ordre anthropophage de la mondialisation ». C’est mon acte de résistance en poésie. BC